25/10/2005

Résurection

Vérité future

 

Dans la douce chaleur d’un soir d’été,

Au creux de ce merveilleux Orient enchanté,

C’est là que tu as subitement repris vie,

Toi, mon pauvre cœur que je croyais mort,

Ainsi te voilà donc en sursis aux périls de nos envies,

Nos envies de calme, de paix et de sérénité,

Mais qui donc t’as jeté un sort ?

Qui donc a bien pu te ressuscité ?

Déjà je ressens tes craintes et tes pleurs,

Tu as si peur de souffrir encore,

Et pourtant tu retrouves ton innocence et ta candeur,

Moi, je te dis, souviens-toi, méfies-toi !

Malheureusement, tu n’écoutes déjà plus ma voix,

Comment savoir qui t’as sorti du noir, de ton ennui ?

Soudain deux mains qui me cachent les yeux !

N’était-ce qu’une divination olfactive,

Ou alors une intuition affective ?

Qui donc des deux m’a ouvert les yeux ?

La douceur de son essence,

Qui malgré lui à trahit sa présence,

Ou bien alors l’accélération de tes battements mon cœur ?

Toi, si bien éveillé par ses mains qui m’effleurent.

Déjà, tu n’attends plus que les mots d’amour,

Que tu espères de toutes tes forces entendre un jour,

Des mots tendres murmurés à nos oreilles,

De sa voix qui se fait douce et chaude,

Et toi mon cœur, tu te nourris de ces merveilles,

Qu’inlassablement, il te susurre jusqu’à l’aube,

Mes lèvres elles ont déjà la nostalgie de ses baisés,

Auxquels jamais encore elles n’ont pu goûter,

Ma peau supplie et réclame encore la sienne,

Comme si depuis la nuit des temps il m’avait fait sienne,

Mon corps ne veut que ses bras se refermant sur moi,

Être là, juste là, mon cœur, à l’opposé de toi,

Là ou j’entendrais battre son coeur à l’unisson avec toi.

Mais voilà, tu sais que tout ceci bien sur,

N’est qu’un doux mélange souvenirs,

De rêves et de délires amoureux,

La réalité se fait souvent bien plus dure,

C’est pour ça que bien souvent je craint le pire.

Alors que faire, mon cœur, à part attendre encore ?

Tu sais que Lui seul peut décider de notre sort !

Attendre ! Cela te semble injuste et trop dur,

Mais pour nous deux ce soir je fais le vœux,

Que ce poèmes peuplés de rêves enchantés,

Devienne pour toujours notre vérité,

Notre vérité future !

 

Ecrit par Malak en 2002


15:06 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

??? Mais comment fais-tu?? c'est trop beau... tu fais rêver parmis tes textes.....!!!!
T'es une vraie artiste ne change pas reste nature comme tu es car c'est comme ca que je t'aime ma puce!!
Et ne change pas la facon d'écrire tes textes....
Bisoux et que du bonheur pour toi

Écrit par : kristel | 25/10/2005

ooo L'amour fait naitre de beaux mots , de belles phrase qui chatouille en ce moment mon coeur grenadine.
Je souhaite que ton rève puisse un jour proche se réaliser.

Écrit par : guitou | 25/10/2005

J'ai envie ... de toucher des étoiles, de t'apporter un clair de lune, un croissant ensoleillé. Te savoir de retour me fait un immense plaisir. Déjà tes textes et la musique y liée forment un ensemble, une composition, dans lesquels je nage tant c'est beau.
Merci d'être de retour et, espérons por longtemps cette fois.
Jean-Pierre

Écrit par : Jean-Pierre | 25/10/2005

Les commentaires sont fermés.